Aux trousses de la chance

Je suis tombé par « chance » sur ce texte qui m’inspire et me pousse à continuer le développement de mon activité, à sortir des sentiers battus et à suivre mon étoile. Il résume bien ce que je vie et l’état d’esprit que j’essaie de développer depuis que j’ai quitté mon ancien employeur. Ce texte résume d’ailleurs bien aussi « l’Esprit d’Aventure » d’un chef d’entreprise. Et vous il vous inspire? vous connaissiez ce texte?

« Aux trousses de la chance ».

Conseils de Tom Peters

  • Contre-surcontre. Plus on tente sa chance, plus on a de chances.
  • Jetez-vous à l’eau ! Assez de « j’y vais-t-y, j’y vais-t’y pas ? »
  • Agissez.
  • Ce qui vaut la peine d’être fait, vaut la peine d’être mal fait. De Toute façon, il faut y aller.
  • Lisez les choses les plus bizarres. Cherchez des idées partout.
  • Faites-vous des amis excentriques.
  • Recrutez des personnes extravagantes.
  • Travaillez avec des partenaires insolites.
  • Déléguez, donnez des pouvoirs. Plus il y a de gens qui tentent leur chance autour de vous, plus vous rassemblerez entre vos mains des chances de surcontres.
  • Formez, sans cesse et sans relâche. Formez, sans vous préoccuper du calendrier de production. Formez tout le monde, un point c’est tout.
  • Allez au devant des échecs. L’échec est la seule voie du succès. Plus forte la bévue, plus grande est sa valeur.
  • Cuirassez-vous contre le « ça ne vient pas de chez nous », qui ne peut que vous faire rater des idées juteuses.
  • Réorganiser sans cesse. Mixez, transposez, essayer des combinaisons différentes pour faire bouger les choses.
  • Prêtez l’oreille à tous. Les idées viennent de partout.
  • N’écoutez personne. Croyez-en votre sens intime.
  • Vivifiez votre intuition. Si vous découvrez une idée de marché dans un plan rationnel, je rends mon tablier et j’en ai une collection !
  • Ne traînez pas avec « tous les autres ». Laissez tomber les sempiternelles réunions où vous rencontrerez les mêmes personnes lasses, qui vont vous parler des mêmes vieilles choses.
  • Décentralisez. Les surcontres sont proportionnels aux décentralisations.
  • Décentralisez plus encore.
  • Renversez toutes les barrières entre services. Les contacts directs entre personnels de différentes disciplines ont des effets magiques.
  • Détruisez les hiérarchies.
  • Ouvrez les livres comptables. Faites de tout un chacun un homme d’affaires, ayant accès à toutes les informations financières.
  • Provoquez un déluge d’informations. En temps réels, pour que ceux et celles qui sont sur le terrain puissent faire des merveilles.
  • Prenez de longues vacances
  • Passez 50 % de votre temps avec des gens de l’extérieur. Cinq minutes avec des vendeurs ou des distributeurs vous en apprendront davantage qu’une énième session de cinq heures du comité directeur.
  • Créez la confusion dans votre sillage. Désarçonnez les gens, ne laissez pas les routines s’ancrer plus profondément.
  • Dés-organisez. L’inertie routinière s’alimente toute seule. Le patron doit être celui qui empêche de tourner rond.
  • Déséquilibrez. Créez l’instabilité, risquez le chaos.
  • Piquez la curiosité, enflammez l’enthousiasme somnolent : c’est la tâche essentielle d’un grand patron, dit Akio Morita, le président de Sony.
  • Inventez des récompenses pour qui fonce, bille en tête, sur votre culture d’entreprise. Bichonnez ces oiseaux rares.
  • Changez vos schémas de comportement. Variez vos menus. Changez vos parcours quotidiens.
  • Otez votre pardessus.
  • Enlevez votre cravate
  • Retroussez vos manches.
  • Quittez vos chaussures.
  • Quittez votre bureau. Honnêtement, une seule idée originale vous est-elle jamais venue derrière ce meuble massif ?
  • Débarrassez-vous de votre bureau.
  • Un jour par semaine, travaillez chez vous.
  • Fuyez la modération en tout. Ce qui vaut la peine d’être fait mérite que l’on s’y adonne avec excès, avec passion.